Le financement

Réfléchissez, construisez, agissez

Méthode pour une recherche de financements

Comment trouver le meilleur financement d’entreprise ?

Articles sur la recherche de financements

Financement d’entreprise : la levée de fonds

Le chemin de la levée de fonds

C’est une étape bien souvent incontournable pour un chef d’entreprise : la levée de fonds.

L’objectif d’une levée de fonds est de servir un projet d’Entreprise  (création, développement, reprise) qui nécessite des moyens financiers en Fonds propres et en dettes.

Vous allez devoir séduire puis convaincre vos interlocuteurs afin qu’ils croient en la pertinence de votre projet et devrez également les rassurer sur vos capacités à le mener jusqu’au bout.

La première chose à faire est de rédiger un dossier complet, en abordant tous les aspects de votre projet, car comme dirait un investisseur : « une idée n’est bonne une bonne idée que lorsqu’elle est écrite ».

Si la technicité de votre « produit » est un point important, il ne faut pas négliger les autres facettes de l’entreprise, votre projet s’inscrit dans une vision globale que vous avez de votre marché.

Il est essentiel de simplifier vos propos afin que votre document final soit à la portée de tous notamment lorsque vous abordez des concepts propres à votre secteur d’activité.

En effet, une technique ou une technologie n’est valable, aux yeux d’un investisseur, que si elle rencontre son marché, c’est-à-dire s’il existe un besoin exprimé par des personnes en capacité et disposées à en payer le prix attendu.

Une technologie merveilleusement géniale n’intéressera aucun financeur si elle ne répond à aucun besoin exprimé ou si le besoin est exprimé par des personnes qui ne veulent ou ne peuvent en payer le prix attendu.

Cela peut paraître évident, mais il vaut mieux s’en souvenir au moment de présenter votre projet à des partenaires financiers. Il sera donc primordial non seulement de définir clairement votre marché (qui, où, à quel prix) mais aussi d’exprimer la vision que vous avez de votre entreprise dans ce marché, aujourd’hui et surtout demain.

De ce premier travail découlera ensuite, et seulement ensuite, les prévisions financières, en générale sur 5 ans. Le prévisionnel financier doit :

  • être détaillé,
  • reposer sur des hypothèses explicites,
  • offrir une lecture simple,

Cela vous permettra de vérifier que votre projet est cohérent d’un point de vue financier et surtout de déterminer votre besoin de financement, c’est-à-dire, combien vous aller solliciter auprès de vos interlocuteurs financiers.

Une fois ces deux documents aboutis vous pourrez rédiger vos éléments de synthèse : « Teaser » et « Executie Summary ».

Il est inutile d’envoyer dans un premier temps le dossier complet et le prévisionnel financier aux investisseurs.  Sachez que les fonds d’investissement reçoivent des dizaines de dossiers par jour et que le premier tri est rapide.

Vous allez devoir leur « donner envie » et les séduire au travers de documents dans lesquels il faudra faire passer, en quelques phrases, schémas et images,  l’ambition de votre projet et votre vision.

Ensuite, si votre projet retient leur attention, le plus délicat commence : aller « pitcher ».

C’est une étape essentielle dans le processus de levée de fonds. C’est à ce moment-là que vous devrez les rassurer car même si le projet leur a plu au travers des éléments de synthèse, ils veulent s’assurer que vous êtes capable de réaliser ce que vous prétendez.

Il va falloir leur expliquer comment vous compter conduire votre projet. Il faut donc être extrêmement bien préparé et avoir répété de nombreuses fois son intervention pour vous centrer sur l’essentiel. La recette du « bon pitch » : 40 % de préparation, 60 % de passion.

Si votre pitch est réussi et qu’il convainc les investisseurs, ils passeront, alors, à la phase d’instruction Et même si ce n’est pas encore gagné, cela démontre un intérêt fort de leur part, et surtout l’envie de travailler avec vous.

Ils vont alors rentrer dans les détails du projet et le challenger pour s’assurer de sa cohérence et de sa fiabilité.

ET si tout se passe bien, ils vous écriront une « lettre d’intention » dans laquelle ils s’engageront à investir sous certaines conditions et vérifications.

Soulagement ? Presque.

Reste le plat de résistance et sa garniture : la valorisation et le pacte d’actionnaires qui vont régir vos relations dans le temps avec vos partenaires.

Après cela, il ne vous reste « plus qu’à » mener votre projet que nous espérons plein de réussite.